Saltar para: Posts [1], Pesquisa [2]

BlogSkidz

Il n'y a pas de problème, il n'y a que des professeurs Jacques Prévert | BlogSkidz is my blog for students in French Foreign Language. It aims to enhance the lessons using ICT and captivate the cultural curiosity of young students.

BlogSkidz

Il n'y a pas de problème, il n'y a que des professeurs Jacques Prévert | BlogSkidz is my blog for students in French Foreign Language. It aims to enhance the lessons using ICT and captivate the cultural curiosity of young students.

 

 

cartoon : Franquin

crédits: photo Twitter

http://i.f1g.fr/

 

L'aéroport de Zaventem de Bruxelles touché, puis le métro à la station Maalbeek. Des attentats ont visé Bruxelles, la capitale belge ce mardi matin, faisant plus de 30 morts et plus de 200 blessés.

 

L'émoi est partout! En Belgique, en France, en Europe et partout dans le monde. Hier, le 22 mars 2016, l'Europe s'est réveillée  bouleversée. La Belgique était atteinte à Bruxelles, à l'aéroport de Zaventem et dans le metro à Maalbeek.

 

Tintin_Brussels_tributes.jpg

 

Tintin/ Hergé

cartoons : --- et Vlado

crédits: AFP/ AFP

https://twitter.com/

 

 Le moteur de recherche Google (langue française) publie aujourd'hui, sur sa page d'accueil, un ruban noir.

 

La population mondiale et les internautes de toutes les religions y compris mulsumane, condamnent ces actes, se désolidarisent et demandent d'éviter des stigmatisations.

 

Les dessinateurs comme à Paris ont pris leurs crayons et convoquent la bande dessinée pour exprimer leur soutien à la Belgique, grand pays de la bande dessinnée. De nombreux artistes se sont mobilisés sur les réseaux sociaux pour exprimer leur émotion en dessin.

 

 

Des héros de la BD

cartoon: Rodier

crédits: photo Twitter

http://i.f1g.fr/

 

"On retrouve évidemment les personnages emblématiques de la bande dessinée belge, entre autres. Souvent en larmes ou bien drapés des couleurs belges, les héros dessinés, connus dans le monde entier, témoignent de leur tristesse et adressent leur soutien aux victimes des attaques terroristes."

 

Après #JeSuisCharlie, et #PrayforParis, les réseaux sociaux partagent les héros de la bande dessinée en hommage à Bruxelles.

 

Et les élèves?

 

Les écoles sont fermées. C'est la pause Pâques. Mais dans qunize jour les élèves reviendront. Ils parleront de cet attentat qu'ils on vu des jours et des jours, à la télé, dans les réseaux sociaux. Difficile d'y échapper. Les images sont diffusées en boucle. 

 

Les images ont un impact plus fort que les mots sur le psychisme. Et il faut bien parler avec eux. Ils voudront exprimer leurs sentiments. Ils ont des copains musulmains qui n'ont rien à voir avec cette tragédie qui se répète depuis un an.

 

Comment trouver les mots justes ! Oui, il faut parler avec les élèves. Surtout, il faut les écouter. Et il faut répondre à leurs questions. Ils seront plus informés, ont écouté la famille, ils ont parlé avec leurs parents, grand parents, copains pendant les vacances.

 

 

cartoon: YGreck

crédits: photo Twitter

http://i.f1g.fr/

 

Activités:

 

 Ne pas préparer un cours particulier. Juste se mettre à l'écoute des élèves. Et avoir quand même quelques supports pédagogiques.

 

  • Comment trouver les mots justes ! L'important? Demander aux élèves ce qu'ils ont ressenti face à l'injustice. Inviter les étudiants à partager avec vous leurs émotions.
  • Suivre la pensée des élèves et ne pas imposer nos mots ou idées. Laissez venir, les laisser s'exprimer, les rassurer aussi. Il ne faut pas hésiter à mettre de l'humain dans tout ça.
  • Il faudra accueillir les émotions, et donner des informations sans rentrer dans les détails complexes. 
  • Il ne faut pas en tout cas leur faire croire qu'on a réponse à tout. Si on n'a pas de réponse, ne pas hésiter à dire qu'on ne sait pas.
  • Revenir sur ce qu’ils ont compris est important, car il faut que cela soit parlé, pour ne pas laisser les enfants et ados avec ce qu’ils imaginent partant des informations qu’ils ont vu et lu. Rectifier ce qu’ils n’ont pas bien compris et surtout répondre à leurs questions. 
  • Faire passer la compréhension des idées et opinions de tous, le dialogue, aider à déveloper le sens critique, à condamner toute sorte d'intolérance, à valoriser la solidarité,les hommages, le respect de la vie humaine, et des idées de tous.
  • Proposer aux plus grands de vous rendre aux lieu de soutien.
  • Laisser la liberté aux élèves de s'exprimer visuellement à partir de ces héros de bande dessinée. Faire une expo/ hommage dans la bibliothèque du collège, lycée.

 

Des ressources, vous les retrouverez à Talking about Freedom of Expression in School.  Le Café Pédagogique a offert aussi un outil pédagogique important que j'ai déjà partagé en novembre. L'interview avec la psychologue Agnès Florian Que faire lundi matin? Très utile aux professeurs et aux parents.

 

Bien conscients de leurs responsabilités, mais fragilisés, eux aussi, les enseignants se présenteront devant les élèves après Pâques.


Après tout, nous avons tous des élèves de plusieurs religions dans nos salles de classe. Ils sont tous amis et se respectent. Nous nous respectons tous dans nos différences.

 

#BruxellesJetaime

 

La Professeure GSouto

 

mercredi, le 23 mars 2016

 

Licença Creative Commons

 

source: cartoons Le Figaro| Culture

 

 

Attaques-a-Paris-le-petit-nicolas.jpg

 

Paris

Le Petit Nicolas

https://www.facebook.com/Lepetitnicolas/

 

"Vous voulez la paix : créez l'amour."

 

Victor Hugo

 

Abasourdis devant la terreur au Bataclan*, les yeux humides, les passants présents aux abords des lieux des attentats de vendredi soir à Paris peinent samedi matin, "choqués", à réaliser la violence de les attaques sans précédent.

 

"Je ne comprends pas", dit Peggy, les yeux rouges, "très choquée". "C'est un endroit où les jeunes viennent faire la fête". 

 

Après #JeSuisCharlie, les réseaux sociaux partagent #PrayforParis. L'émoi est partout, en France, et dans le monde. Hier, le 13 novembre 2015. Six attaques de vendredi soir ont fait au moins 128 morts à Paris et près du Stade de France à Saint-Denis, où se tenait un match de football France-Allemagne. 

 

Des équipes de psychiatres du Samu ont été mobilisés pour faire des maraudes dans le quartier du Bataclan pour repérer les personnes en état de choc, "les ramener à la réalité", "et repérer ceux qui sont susceptibles de développer un symptôme post-traumatique".

 

*Le Bataclan est une salle de spectacle parisienne édifiée par l'architecte Charles Duval en 1864. Son nom fait référence à Ba-ta-clan, opérette d'Offenbach.

 

L'établissement fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 

 

illustration : Jack

http://www.cahiers-pedagogiques.com/

 

 

Et les élèves?

Les écoles sont fermées. Mais la semaine prochaine, les élèves reviendront. Iil faut bien parler avec eux. Ils ont out vu à a télé, aux réseaux sociaux et ils voudront exprimer leurs sentiments. Ils ont des copains musulmains qui condamnent les attentats

 

Comment trouver les mots justes ! Oui, il faut parler avec les élèves. Surtout, il faut les écouter. Et il faut répondre à leurs questions.

 

Attaques-a-Paris-lumiere.jpg

 

Activités:

 

 Pour ce lundi, ne pas préparer un cours particulier. Juste se mettre à l'écoute des élèves. Et avoir quand même quelques supports pédagogiques.

 

  • À midi (heure Paris) une minute de silence dans les établissements scolaires. Il faut expliquer en exposant à quoi ça sert ce moment de recueillement, comment ça va se passer. Tout va bien se passer bien que les enseignants affaire à des adolescents. Et un ado, souvent, ça aime provoquer. Ne craignez pas, si au début des cours de lundi, vous expliquez bien la symbolique de ce geste qui se répétera un peu partout dans le monde.
  • Comment trouver les mots justes ! L'important? Suivre la pensée des élèves et ne pas imposer nos mots ou idées. Laissez venir, les laisser s'exprimer, les rassurer aussi. Il ne faut pas hésiter à mettre de l'humain dans tout ça.
  • Il faudra accueillir les émotions, et donner des informations.Il ne faut pas en tout cas leur faire croire qu'on a réponse à tout. Si on n'a pas de réponse, ne pas hésiter à dire qu'on ne sait pas.
  • Revenir sur ce qu’ils ont compris est important, car il faut que cela soit parlé, pour ne pas laisser les enfants et ados avec ce qu’ils imaginent partant des informations qu’ils ont vu et lu. Rectifier ce qu’ils n’ont pas bien compris et surtout répondre à leurs questions. 
  • Faire passer la compréhension des idées et opinions de tous, le dialogue, aider à déveloper le sens critique, à condamner toute sorte d'intolérance, à valoriser la solidarité, le respect de la vie humaine, et des idées de tous.

 

Des ressources, vous les retrouverez à Talking about Freedom of Expression in School.  Le Café Pédagogique vous offrent aussi un outil pédagogique important: L'interview avec la psychologue Agnès Florian Que faire lundi matin?

 

Bien conscients de leurs responsabilités, mais fragilisés, eux aussi, les enseignants se présenteront devant les élèves lundi matin.


Après tout, nous avons tous des élèves de plusieurs religions dans nos salles de classe. Ils sont tous amis et se respectent. Nous nous respectons tous dans nos différences.

 

#ParisJetAime

 

Près du Bataclan, contre les barrières du périmètre de sécurité, quelques roses rouges et blanches, laissées là par un passant.

 

Dessus, deux petits mots: "Pour les potes que je connaissais et que je ne connaissais pas, pour la vie". "Pour les anges du rock'n'roll".

 

(texte inspiré d'un reportage sur le Nouvel Observateur)

 

La Professeure GSouto

 

samedi, le 14 novembre 2015

 

Licença Creative Commons